Canada (FR)

La combinaison de modes de production d’énergie au Canada est l’une des plus propres au monde, puisqu’environ 80 % de l’électricité produite provient de sources renouvelables ou non émettrices, comme l’hydroélectricité ou l’énergie éolienne.

Bien qu’actuellement, environ 10 % de l’électricité du Canada provienne du charbon, cette source est responsable de 76 % des émissions de CO2du secteur de l’électricité du pays. Afin de remédier à cette situation, le Canada s’est engagé à éliminer progressivement la production d’électricité au charbon d’ici 2030. Cela concourrait à l’objectif du Canada de produire 90 % d’électricité sans émissions de gaz à effet de serre en 2030 (comparativement à environ 80 % en 2016) et à ses engagements en matière de changements climatiques. 

Les émissions de gaz à effet de serre (GES) du secteur canadien de l’électricité ont diminué, passant de 120 mégatonnes (Mt) en 2005 à 79 Mt en 2016. La décision de l’Ontario d’éliminer progressivement le charbon est un facteur déterminant de cette réduction. Avant que l’Ontario ne les ait complètement éliminées en 2014, les émissions de charbon étaient une source importante de pollution atmosphérique. En 2005, elles avaient contribué à 53 jours de smog à Toronto.

Le Canada a adopté pour la première fois en 2012 une réglementation fédérale sur les GES liés à la production d’électricité à partir du charbon. Cette réglementation complète les mesures infranationales, quatre provinces (produisant actuellement de l’électricité à partir du charbon) ayant mis en place des politiques d’énergie propre : 

  • Le plan de leadership climatique de l’Alberta comprend l’abandon progressif du charbon d’ici la fin de 2030, un prix sur le carbone et une exigence stipulant que l’électricité doit provenir à 30 % de sources renouvelables d’ici 2030.
  • La centrale au charbon Boundary Dam en Saskatchewan a instauré un projet de captage et de stockage du carbone (CSC). Une technologie permet de capter les émissions de carbone et de les stocker sous terre. La Saskatchewan s’est engagée à ce qu’au moins 40 % de la capacité de production d’électricité provienne de sources renouvelables d’ici 2030.
  • Le Nouveau-Brunswicks’est engagé à ce que 40 % des ventes d’électricité à l’intérieur de la province proviennent de sources renouvelables d’ici 2020.
  • La Nouvelle-Écossea établi des plafonds d’émission pour son secteur de l’électricité et s’est elle aussi engagée à ce que 40 % des ventes d’électricité effectuées à l’intérieur de la province viennent de sources renouvelables d’ici 2020.

Le gouvernement du Canada soutient également ces provinces dans leur élimination progressive du charbon au moyen d’investissements dans l’amélioration des infrastructures de réseaux interprovinciaux d’électricité, ce qui facilitera le remplacement de la production d’électricité au charbon par la production d’énergie propre abordable. Ces investissements s’inscrivent dans le cadre d’importants projets de démonstration de technologies d’électricité propre, de stockage et de réseaux intelligents de prochaine génération, ainsi que du déploiement de nouvelles technologies d’énergie renouvelable à l’approche de la commercialisation. S’ajoutent 5 milliards de dollars de la Banque de l’infrastructure du Canada pour des projets d’infrastructure verte qui réduisent les émissions de gaz à effet de serre, assurent un air pur et favorisent l’énergie renouvelable.

Mesures stratégiques fédérales

Le 12 décembre 2018, Environnement et Changement climatique Canada a publié sa nouvelle réglementation sur les gaz à effet de serre pour la production d’électricité au charbon et au gaz naturel. Ces règlements visent à rendre le passage à l’énergie propre à la fois gérable et efficace au cours des dix prochaines années. 

Le règlement sur la production d’électricité à partir du charbon accélérera l’élimination graduelle des centrales électriques au charbon jusqu’au 31 décembre 2029.

La réglementation des nouvelles centrales au gaz naturel complète la transition du charbon vers des sources d’énergie plus propres. Elle établit des normes de rendement de façon à assurer l’efficacité de la nouvelle production d’électricité au gaz naturel. Les centrales au charbon qui sont converties au gaz naturel peuvent fonctionner pendant une période déterminée, ce qui favorise la transition vers des sources d’électricité plus propres pendant que de nombreuses centrales au charbon sont mises hors service sur une courte période. 

Cela aidera à favoriser de bons emplois bien rémunérés chez des travailleurs touchés par l’élimination progressive de la production d’électricité à partir du charbon. 

La démarche du Canada en matière de tarification de la pollution au carbone des centrales électriques au charbon non contrôlées favorise l’innovation. Elle crée des incitatifs pour que les services publics d’électricité utilisent des sources à plus faibles émissions, comme l’énergie éolienne ou solaire et le gaz naturel jusqu’à l’élimination complète en 2030, comme le prévoit le nouveau règlement. La tarification de la pollution au carbone permettra également au pays de réduire ses émissions au plus bas coût possible en plus de permettre aux entreprises canadiennes d’affronter la concurrence dans la nouvelle économie mondiale à faibles émissions de carbone. 

Le gouvernement fédéral estime que de rapprocher la fin de l’élimination progressive de la production d’électricité à partir de charbon à 2030 aura des retombées de 4,7 milliards de dollars canadiens (3,8 milliards de dollars US) entre 2019 et 2055, et ce, grâce à la réduction des dommages causés par les changements climatiques et à l’amélioration des résultats en matière de santé. Par exemple, l’amélioration de la qualité de l’air devrait se traduire par des réductions de 260 décès prématurés, de 40 000 épisodes d’asthme et de 190 000 jours de difficultés respiratoires et d’activité limitée, ce qui représente des économies au pays de quelque 1,3 milliard de dollars canadiens (0,9 milliard de dollars US).

Aides à la transition

Le Canada appuie la transition vers l’électricité propre en investissant dans les infrastructures stratégiques et les sources d’énergie renouvelable, y compris le soutien aux interconnexions de transport d’électricité, aux nouvelles technologies renouvelables, aux réseaux intelligents et à la réduction de la dépendance au diesel dans les collectivités nordiques, éloignées et autochtones. Un montant de 21,9 milliards de dollars sur 11 ans a été affecté aux infrastructures vertes en vertu du plan canadien sur la croissance propre et les changements climatiques, le Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques.

Le Canada tente de faire en sorte que la transition vers l’énergie autre que le charbon soit équitable pour les travailleurs du charbon et les collectivités. Afin de mieux comprendre les répercussions de l’élimination progressive de la production d’électricité à partir du charbon et en soutien aux personnes touchées, le Canada a mis sur pied, en 2018, le Groupe de travail sur la transition équitable pour les collectivités et les travailleurs des centrales au charbon canadiennes. Le rapport du Groupe de travail a été publié au début de 2019 et fournit des conseils d’experts qui aideront à façonner l’approche du Canada pour aider les travailleurs du charbon et les collectivités touchées par la transition vers une électricité plus propre.Sur la scène internationale, le gouvernement du Canada continue de contribuer à hauteur de 2,65 milliards de dollars canadiens (2 milliards de dollars US) d’ici 2020 à l’aide aux pays en développement dans leur passage à des économies à faibles émissions de carbone et résilientes en contexte de changements climatiques. Dans ce contexte, le gouvernement fédéral s’est engagé, en partenariat avec le Groupe de la Banque mondiale, à soutenir l’accélération de la transition des pays en développement de la production d’électricité à partir de charbon vers la production d’énergie propre. De même, le Canada a appuyé l’élaboration de règles plus strictes de l’OCDE sur les crédits à l’exportation pour les projets de charbon. 

Le 13 décembre 2018, le Canada a annoncé qu’il verserait jusqu’à 275 millions de dollars en financement mixte à la Banque mondiale pour créer le Programme d’élimination du charbon et de transition énergétiqueafin d’aider les pays à réussir leur transition de l’énergie au charbon vers une énergie plus propre. Ce financement s’ajoute au partenariat entre le Canada et la Banque mondiale d’abord annoncé lors du sommet One Planet en décembre 2017. Il aidera des pays en développement, en particulier en Asie, à élliminer progressivement les centrales thermiques traditionnelles alimentées au charbon tout en appuyant des solutions liées à l’énergie renouvelable et à l’efficacité énergétique qui contribueront à l’essor de leur économie à croissance rapide. Le programme mobilisera également les ressources financières du secteur privé afin de lutter contre les changements climatiques en plus d’offrir de la formation et des possibilités d’emplois aux femmes dans les secteurs des technologies durables. 

Le Canada joue également un rôle de premier plan pour soutenir l'élimination mondiale de l'électricité au charbon par l'intermédiaire de l’Alliance : Énergiser au-delà du charbon, qu'il a lancée conjointement avec le Royaume-Uni à la CdP23. 

La production traditionnelle d’électricité à partir de charbon fait référence à la production d’électricité sans dispositif de captage et de stockage du carbone (CSC) qui capte les émissions de CO2et les stocke sous terre.

[Read the English version of this report]